De retour à la maison avec un petit « préma »

Dans: Les prémas.

A priori si votre bébé a eu son « bon de sortie », c’est que tout va bien. Certes il est plus petit, et plus fragile que les autres bébés de son âge, mais finalement il est un peu comme un nouveau-né qui quitte la maternité avec sa maman pour rentrer chez lui. Tour d’horizon des attitudes et précautions à adopter. 

Quand enfin arrive le moment tant attendu de rentrer à la maison avec la prunelle de vos yeux, paradoxalement vous êtes à la fois fous de joie et terriblement angoissés. L’hôpital c’était un cocon protecteur : tout était sous contrôle et il y avait toujours un professionnel au cas où. Là, vous allez vous retrouvez seuls avec votre enfant. Et vous appréhendez. Vous avez peur de ne pas être à la hauteur devant ce petit être qui vous semble encore si fragile.
Mais réfléchissez …si vous êtes chez vous, c’est que l’équipe médicale a considéré que votre bébé était prêt : il a été jugé autonome sur les plans cardio-respiratoires et alimentaires. Et surtout, plus besoin de couveuse, il parvient « comme un grand » à maintenir sa température corporelle. Donc dites-vous que vous vous retrouvez comme des parents quittant la maternité avec leur bébé né à terme.

Une hygiène irréprochable

Plus facile à dire qu’à faire… Mais il faut essayer d’oublier ces débuts difficiles, et vivre avec votre bébé le plus normalement possible. Néanmoins vous devez rester très vigilants sur plusieurs points car surtout avant six mois, ces petits bébés-là restent plus vulnérables.
Bien sûr, il n’est pas question de reproduire l’atmosphère aseptisée de l’hôpital ! En revanche vous devez absolument (et exiger des autres qu’ils le fassent !) vous laver soigneusement les mains avant de vous occuper de votre bébé (soins, change, repas) et après vous en être occupé. Attention aussi à éviter les personnes malades ou enrhumées. Elles veulent rencontrer votre petit chéri, fermez leur votre porte tant qu’ils ne sont pas rétablis, car le point faible des prémas ce sont souvent les poumons. Et ils ne pourront recevoir leurs premiers vaccins que deux mois après leur sortie comme tous les nouveau-nés. A proscrire aussi les atmosphères enfumées. Demandez aux fumeurs de s’abstenir en la présence de votre enfant, et si possible, même dans votre maison ou appartement. Si vous avez un chat ou un chien, tenez le aussi à distance. Les petits prémas sont plus souvent sujets aux allergies (toujours leurs poumons !).
En revanche, évitez de surchauffer sa chambre et de le couvrir comme si vous viviez au pôle Nord. Comme pour les autres bébés, la bonne température c’est 19/20°. Pour l’habiller, mettez-lui des vêtements de saison tout simplement. Vous le savez le plus important, qu’il fasse chaud ou froid, c’est la première couche qui doit être ajustée, ni trop serrée, ni trop large. A sa taille en quelque sorte !

Des sorties sous haute surveillance

Justement parce que ce petit bébé va garder des fragilités encore quelques mois, vous devez être prudents avec les sorties. Mieux vaut rester à la maison quand il fait très froid ou très chaud. Inutile aussi de l’emmener là où pullulent les microbes et les virus, surtout l’hiver : transports en communs, magasins et autres espaces confinés. Pas la peine qu’il attrape un rhume qui dégénère en bronchiolite ou le méchant virus de la gastro-entérite ! Bronchiolite et gastro sont deux maladies pour lesquelles vous devez absolument consulter car pour des bébés nés prématurément, elles constituent de vraies urgences.

Eviter le piège de la surprotection !

Toute maman qui met monde un bébé prématuré, se sent coupable. Elle a tendance à s’inquiéter pour un rien et à prendre mille et une précautions, parfois totalement injustifiées. Elle a tellement eu peur de le perdre !
L’une des choses probablement les plus difficiles à faire, quand vous rentrez chez vous, c’est de ne pas le surprotéger. Côté alimentation, soins, toilette, votre enfant est comme tous les autres bébés de son âge. Suivez votre instinct et tout ira bien : il va grossir et grandir normalement. Régulièrement. Pour son éveil aussi, ayez confiance : il faudra au fil des mois, lui laisser faire ses expériences et ne pas devancer tous ses désirs.

Commentaires

Laissez votre commentaire